Siestes acoustiques

Bastien Lallemant est un chanteur, compositeur, interprète qui a inventé le concept de siestes acoustiques. Il s’en explique avant de les organiser à Papeete, lors du Salon «Lire en Polynésie». Nombreux sont les critiques à considérer Bastien Lallemant comme « le digne et délicat héritier de Gainsbourg ». Après la sortie de son dernier album, […]

bandosieste

Bastien Lallemant est un chanteur, compositeur, interprète qui a inventé le concept de siestes acoustiques. Il s’en explique avant de les organiser à Papeete, lors du Salon «Lire en Polynésie».

Nombreux sont les critiques à considérer Bastien Lallemant comme « le digne et délicat héritier de Gainsbourg ». Après la sortie de son dernier album, La maison haute, le journaliste Christophe Conte écrivait dans les Inrocks : « Dès le seuil de La Maison haute, on est d’emblée impressionné par la beauté du lieu, sa majesté gainsbourgienne qui jumelle l’endroit à L’hôtel particulier de Melody Nelson, pas moins. La voix chaude et posée de l’hôte, qui chevauche des guitares western au ralenti, les cordes qui surgissent comme un orage matinal, l’horizon qui s’entrouvre sur une vallée perlée par une lumière rasante ». Pour l’artiste, « C’est une référence flatteuse, évidemment. Depuis mon premier album, cette référence revient dans beaucoup d’articles. Je crois que cela tient un peu au timbre de ma voix qui rappelle à certains le Gainsbourg jeune. J’ai d’ailleurs participé à la pré-production du film de Johann Sfar, en y prêtant ma voix. Pour autant, si cet artiste me plaît énormément — sans doute m’influence-t-il —, je me sens plus proche de Brassens ou de Nougaro. J’aime chez eux la douceur, je suis moins attiré par le personnage de Gainsbourg. »

Bastien Lallemant a 42 ans. Auteur, compositeur, interprète, il vit en France, près de Dijon, à la campagne. Ses aventures musicales ont débuté officiellement en 2002, après des études aux Beaux-Arts. Avant, il privilégiait le dessin. « Depuis 2002, je me consacre entièrement à la musique, j’ai sorti quatre albums. Un premier, très acoustique, en solo. Puis trois albums thématiques : Les érotiques, une suite de contes sensuels, Le verger inspiré du roman noir et, en 2015, La maison haute qui évoque au travers de la lumière ou de son absence, les thèmes de l’amour et du temps. »

Le syndrome du pingouin

Les aventures musicales de Bastien Lallemant ont donné naissance à deux concepts : la troupe ouverte et les siestes acoustiques. « Le premier évoque la famille, la maison d’hôtes. La crise du disque a fait voler en éclat le modèle de l’artiste au zénith. Notre génération a dû radicalement se réinventer pour ne pas disparaître tout à fait. Constatant que nos carrières se définissaient de plus en plus en creux, il nous a fallu trouver de nouveaux lieux de diffusions, de nouveaux modes, et pour ce faire, nous regrouper. J’appelle ça le syndrome du pingouin. Et je trouve cela très excitant. Entre autres objets non identifiés, cela a provoqué Les siestes acoustiques. »

Les siestes acoustiques, nées il y a 5 ans, consistent à inviter des musiciens et des auteurs en un même endroit à une même date. Ensemble, ils conviennent de croiser leurs répertoires le temps d’une « représentation ». « Tout cela se fait en acoustique, pas de micro, pas de système son, un peu comme si nous nous retrouvions chez l’un ou chez l’autre, à demeure, à improviser à partir du répertoire de chacun. » Le public, lui, est confortablement allongé, dans la pénombre, prêt à la sieste. Dès lors, plus d’applaudissements, plus d’interruptions entre les titres, tout s’enchaine, et chacun fait ce qu’il veut de ce moment. « On peut écouter, dormir, rêver… Le public n’est plus tenu à son rôle de public, il peut s’échapper tout à fait et les artistes sont dédouanés du show. Tout est permis, c’est très libre et c’est très doux. »

Ces siestes sont devenues un rendez-vous régulier. À Paris d’abord, puis dans des festivals, de musique et/ou de littérature, un peu partout dans le monde en France à Manosque, Montréal, Bruxelles… Elles ont permis les rencontres d’une centaine d’artistes et d’auteurs : Olivier Adam, Vanessa Paradis, Lou Doillon, Arnaud Catherine, Gwenaëlle Aubry. Et elles seront à Tahiti, le temps du Salon !

Pour en savoir plus sur Bastien Lallemant et ses siestes acoustiques

L’AETI a pour objet la promotion, le développement et la défense des droits et libertés de l’édition et des éditeurs de Polynésie française qui sont ses membres.